Oukitel C18 Pro

Si la qualité des photos et des vidéos est pour vous le critère numéro un, vous pouvez alors regarder du côté du Oukitel C18 Pro dont vous pouvez lire le test ici.

Présentation

Très bien fait, c’est ce à quoi j’ai pensé pour la première fois en déballant l’Oukitel C18 Pro. La perforation est vraiment installée de manière professionnelle et s’adapte parfaitement au pixel près à l’interface !

Les bords sont également presque sans défaut et ne présentent pas de bords ou de coins gênants. Il n’y a qu’au dos du cadre de la caméra qu’il y a de quoi se plaindre. Cela a presque circonférentiellement un certain décalage par rapport à la couverture de l’objectif. Le bord tranchant de l’aluminium qui entoure le verre de la lentille est très visible à cet endroit. Le capteur d’empreintes digitales, en revanche, est proprement encastré, donc facile à trouver et sans arêtes vives. Il est situé directement sous les quatre lentilles visibles et est placé un peu trop haut sur l’appareil à mon goût.

Oukitel prouve une fois de plus qu’il est toujours possible d’installer un port auxiliaire (prise casque de 3,5 mm) même dans des appareils minces et visuellement contemporains. Elle se trouve sur la face inférieure. Juste à côté du port se trouve l’orifice pour le microphone et au milieu, le port USB-C. A gauche du port de charge se trouvent 5 trous pour le haut-parleur. Toutes ces découpes sont joliment arrondies et ne sont pas gênantes à la main.

Le cadre est fait de plastique peint en haute brillance qui a un aspect métallique. J’ai dû utiliser un test d’abrasion pour me convaincre que ce n’était pas de l’aluminium. Le dos est entièrement en verre, qui résiste aux rayures. Le C18 Pro mesure 164 mm x 78 mm et a une épaisseur de 9 mm. Avec un poids d’exactement 191g, le smartphone relativement grand est encore agréablement léger. Par ailleurs, j’ai connecté le C18 Pro aux écouteurs Aukey EP-T31 et la transmission Bluetooth était parfaite.

Performances et fonctionnalités du Oukitel C18 Pro

L’écran de 6,55 pouces couvre presque entièrement l’avant. L’écran tactile peut détecter jusqu’à 10 touches simultanées et réagit très vivement aux entrées. Avec un rapport d’aspect de 16:9 et une résolution de 1600×720 pixels, l’écran est suffisamment net. À 268 pixels par pouce, vous pouvez encore distinguer les pixels individuels avec de bons yeux. Toutefois, cela convient parfaitement à la fourchette de prix. Les coins arrondis sont également assez bons, sans bords visibles ni mauvais alignement des pixels. L’écran IPS est protégé par un verre trempé qui résiste aux rayures. Je n’ai trouvé aucun pixel défectueux sur notre appareil de test.

L’écran LCD brille de 675 lumens au maximum et est étonnamment lisible à la lumière du soleil. Il n’est pas extrêmement lumineux, mais suffisant pour une utilisation normale. Outre la faible résolution, l’affichage de l’Oukitel C18 Pro est définitivement un régal pour les yeux dans la gamme de prix.

Aucun tiroir d’application est la première chose que j’ai remarqué après l’installation et en même temps les icônes carrées. Donc, vous n’êtes probablement pas complètement nu Androïde ici après tout. Cependant, le tiroir d’application peut être activé si vous le souhaitez. Le clavier se transforme toujours en « Gboard » et ne peut pas être éteint. Dans le système, par exemple dans les paramètres ou dans le carnet de contacts, un clavier alternatif ne peut pas être appelé.

Le système comporte 2 ou 3 astuces, comme le verrouillage de l’écran en appuyant deux fois sur le bouton d’accueil ou la mise en marche de l’écran par double pression sur l’écran. Malheureusement, il n’y a pas de contrôle des gestes de glissement, il faut donc se fier aux trois boutons numériques en bas de l’écran. Vous pouvez également trouver d’innombrables gestes de déblocage qui vous mènent directement à une application. Je trouve intéressant le geste des deux doigts pour régler le volume. Le C18 Pro fonctionne sur Android 9, qui a été très bien optimisé. Google est profondément intégré dans le système et fournit la plupart des applications et des fonctionnalités du système. Tous les contacts et calendriers sont également créés automatiquement via Google. Instagram, Whatsapp et compagnie fonctionnent bien sûr sans restrictions. Même Google Pay fonctionne avec le C18 Pro, mais il est assez inutile en raison de l’absence de NFC et n’est vraiment utilisable que pour les achats en ligne.

Comme processeur, un Mediatek Helio P25 a été installé avec 4x 2.6GHz et 4x 1.6GHz. En tant que GPU, le SoC utilise le Mali-T880 MP2 fonctionnant à 900MHz. Le P20 a peut-être quelques années à son actif, mais il peut certainement impressionner avec un peu moins de 100 000 points dans le benchmark Antutu. Le système est accéléré à une vitesse acceptable et n’est en aucun cas inférieur à un budget Redmi 8a. En plus de cela, il y a une solide mémoire vive de 4 Go pour le sauvegarder. Il y a 64 Go de stockage disponible, dont environ 7 % sont occupés par le système et les applications préinstallées.

L’Oukitel C18 Pro dispose de toutes les fréquences importantes du réseau et couvre sans problème le réseau :

4G (FDD-LTE) : 1 / 3 / 7 / 8 / 19 / 20

3G (UMTS) : 850 / 900 / 2100 MHz

2G (GSM) : 850 / 900 / 1800 / 1900 MHz

Le haut-parleur mono est puissant, mais pas trop exaltant en termes de qualité. La basse est un peu plate et la musique est perçue comme plutôt étouffée.

Qualité des photos et des vidéos

Une situation inhabituelle avec 4 caméras peut être trouvée sur le C18 Pro. Les appareils 16 (principal), 8 (ultra-large), 5 (macro) et 2 mégapixels (capteur pour l’effet bokeh) semblent offrir des caractéristiques photographiques étendues. Cependant, la qualité des prises de vue n’est que moyenne. Mais vous ne pouvez rien attendre d’autre dans ce segment de prix.

Sur YoutTube, Oukitel se bat officiellement avec Xiaomi et prétend que votre macro est meilleure que celle de la Xiaomi Mi 10 Lite. C’est peut-être un peu exagéré, mais le capteur est en fait vraiment utilisable.

La macro permet presque à l’objectif de toucher le sujet tout en faisant la mise au point automatiquement. Le problème ici n’est pas d’utiliser le téléphone pour créer une ombre portée qui obscurcit la lumière nécessaire sur le sujet. Malheureusement, en mode macro et grand-angle, il est impossible de déterminer un point de focalisation. Cela signifie que l’objectif est soit net, soit il ne l’est pas. Au soleil, les couleurs sont belles et nettes, quel que soit l’objectif. Dans l’ombre, les plans macro et ultra larges ont tendance à être un peu incolores par rapport à l’objectif principal. Dans l’obscurité, le macro-capteur fonctionne étonnamment bien et peut produire des images nettes.

L’objectif selfie à l’avant, qui a été installé comme un « trou de poing » en haut à gauche, fournit des images acceptables. Bien entendu, une lumière suffisante est également une condition préalable dans ce domaine. Mais à la lumière du jour, le petit capteur de 8MP fonctionne assez bien. Même en cas de rétro-éclairage par la lumière directe du soleil, les détails de l’image peuvent être discernés et les couleurs ne sont pas non plus complètement effacées.

Autonomie

Le C18 Pro est annoncé avec une fonction de charge rapide de 10Watt. En utilisant la prise d’alimentation fournie et le câble d’origine, j’ai pu charger de 20 à 45 % en 30 minutes et alimenter la batterie avec 960 mAh. Après 1h30, nous sommes à 80% et avons ajouté un total de 2730mAh à la batterie. Une charge complète de 15% à 100% prenait environ 2h. Pendant ce temps, nous avons pu nourrir environ 3400mAh. Il ne s’agit pas de valeurs maximales, mais on peut être très satisfait de la fonction de tarification rapide dans ce segment de prix. Entièrement chargée, la batterie contient 4000mAh et peut donc atteindre une bonne durée de 9h en charge continue lors du test de la batterie.

Conclusion de notre avis

Pour conclure notre test, le Oukitel C18 Pro est donc un smartphone qui propose d’excellente fonctionnalités en terme de photos et de vidéos tout en ayant un très bon rapport qualité/prix.

[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Laisser un commentaire