Doogee S68 Pro

Le Doogee S68 Pro, c’est un smartphone qui se caractérise par sa grande résistance mais aussi par d’autres points forts comme vous allez le voir dans ce test.

Présentation

Smartphone d’extérieur typique, le Doogee S68 Pro ne flatte pas non plus la paume de la main avec ses 163 x 80 x 16,7 mm et son poids de 305 g se remarque aussi clairement dans la poche. Le choix du matériau n’est pas une surprise et l’étui est donc constitué d’un mélange de métal et de plastique, qui a été recouvert d’une couche caoutchoutée. Bien sûr, l’appareil est certifié IP68 et IP69K, il est donc bien protégé de l’eau.

Le triple appareil photo, le flash LED et le capteur d’empreintes digitales sont situés à l’arrière. L’ouverture pour l’orateur est située dans le coin inférieur gauche. Malheureusement, l’orateur n’est pas convaincant en termes de qualité. Au-dessus de 70 % du volume, il a tendance à surmultiplier et sonne très faiblement.

Comme d’habitude, l’écouteur, la caméra frontale et les capteurs sont situés au-dessus de l’écran à l’avant. Une LED de notification n’est malheureusement pas présente. Le bouton de mise en marche et le bouton de volume se trouvent tous deux sur la droite. Le bouton librement assignable ainsi que l’emplacement SIM sont situés sur le côté gauche. L’emplacement de la carte SIM est protégé de la poussière et de l’eau par un rabat. Cependant, il est très serré et malheureusement trop difficile à ouvrir à mains nues. Doogee aurait mieux fait d’inclure un outil ici. Le point de pression des clés est correct, mais pas le même pour chaque clé. Les clés ne sont pas non plus solidement fixées dans le boîtier et ont un certain jeu.

Le port USB-C est situé sur le fond, qui est également fermé par un rabat. Cependant, il peut être ouvert facilement, contrairement à la fente de la carte SIM. Malheureusement, une prise d’écouteur a été omise.

Performances et fonctionnalités du Doogee S68 Pro

Le Doogee S68 Pro a un écran de 5,9 pouces avec une résolution de 2280 x 1080 pixels. Ainsi, les pixels individuels ne sont pas visibles et l’affichage est absolument net. Les couleurs sont affichées de façon très vivante, un ajustement de la teinte par MiraVision n’est malheureusement pas disponible. La luminosité maximale est de 640 lux et l’écran est donc toujours lisible au soleil, mais cette valeur ne s’étend pas à l’ensemble de l’écran. En fait, il y a une plus grande fluctuation ici. La valeur de luminosité la plus élevée se situe sur le bord inférieur de l’écran et diminue vers le haut jusqu’à une valeur finale de 569 lux sur le bord supérieur. Cela ne se remarque pas en regardant directement l’écran, mais si vous regardez l’appareil de face avec un léger angle, la moitié supérieure du smartphone est nettement plus sombre. Cependant, cela ne se remarque que sur les grandes surfaces brillantes. Ainsi, elle ne devrait que rarement déranger ou même être remarquée dans la vie quotidienne.

Le panel traite jusqu’à 5 points de contact simultanément et réagit rapidement à toute entrée. L’écran est protégé par Gorilla Glass 4 et était insensible aux rayures lors du test.

Dans l’ensemble, l’affichage du Doogee S68 Pro est correct, mais pas exceptionnel. Même si l’erreur dans la répartition de la luminosité ne devrait guère être remarquée dans l’utilisation quotidienne, une telle chose ne devrait toujours pas se produire et constitue un point négatif très clair. Cependant, vous obtenez toujours un écran utilisable avec une haute résolution pour un usage quotidien.

Sous le capot se trouve un Helio P70, dont les 8 cœurs sont divisés en deux grappes de performances qui fonctionnent toutes deux avec 4 x 2,0 GHz et sont supportées par un GPU Mali-G72. Pour les tâches multitâches, le smartphone dispose d’une mémoire vive de 6 Go, qui est en moyenne rapide à 6,0 Go/s. Pour les données, 128 Go de stockage interne sont disponibles, ce qui est également une moyenne avec des vitesses de lecture/écriture de 230/180. Si la capacité de stockage n’est pas suffisante, vous pouvez l’étendre avec une carte micro SD, mais vous devez alors renoncer à la fonction de double carte SIM.

Ainsi, la performance est suffisante pour maîtriser des tâches simples et le Doogee a aussi assez de puissance pour des jeux aux exigences moyennes. Le smartphone n’a pas faibli pendant la période de test et les performances peuvent donc être qualifiées de bonnes. Si vous recherchez un smartphone plus performant, le Oukitel C18 Pro sera un bon choix.

Le Doogee fonctionne sous Android 9.0 avec le correctif de sécurité du 05.03.20. La recherche de logiciels malveillants a été effectuée et il n’y a pas d’autres logiciels malveillants sur l’appareil. Seuls l’outil, qui démontre/utilise la fonction des capteurs, et le gestionnaire de système sont préinstallés. Le Doogee n’a pas de tiroir d’applications standard et place donc toutes les applications sur l’écran principal. Le contrôle des gestes est limité à un minimum sur le S68 Pro et le double-tap pour réveiller n’est pas disponible. Au lieu de cela, il y a le bouton de texte libre sur le côté gauche qui répond aux pressions normales ou longues. Il peut également être utilisé pour la fonction SOS, qui envoie un message et des coordonnées au contact correspondant en cas d’urgence. Il peut également être utilisé pour lancer n’importe quelle application.

En général, le système du Doogee S68 Pro peut être utilisé sans problème. Seuls les maigres contrôles des gestes sont ici critiquables. Comme c’est souvent le cas, le S68 Pro ne prend en charge que Widevine L3, ce qui explique pourquoi le streaming Full HD via Netflix ne fonctionne pas.

Deux cartes nano-SIM assurent la réception dans le Doogee S68 Pro. Cependant, le S68 Pro ne dispose que d’un slot hybride, c’est pourquoi une extension de mémoire simultanée et une fonction dual-SIM ne peuvent être utilisées. Comme pour la plupart des smartphones d’extérieur, la réception du S68 Pro a été très bonne. The Doogee soutient également le groupe 20, ce qui est important pour nous. Cependant, la qualité de l’appel n’est malheureusement que médiocre, car le microphone et l’écouteur offrent un son quelque peu étouffé. Outre les fonctions Bluetooth 4.2 et Wi-Fi a/b/g/n/ac, le Doogee S68 Pro est également doté de la technologie NFC. Aucune des technologies mentionnées n’a posé de problème lors du test. Le GPS a également fonctionné sans faille et a permis de me localiser à quelques mètres près en quelques instants.

Il n’y a pas eu d’erreurs de localisation ou d’abandon pendant la navigation. C’est là que le S68 Pro fait bonne figure. En termes de capteurs, le Doogee propose également une boussole en plus des 3 standards, mais pas de gyroscope. Le capteur d’empreintes digitales situé au dos fonctionne parfaitement et a toujours reconnu très rapidement mon empreinte digitale. Cependant, il peut s’écouler 1 à 2 secondes entre le moment où le doigt est posé sur l’écran et celui où l’écran se déverrouille.

Qualité des photos et des vidéos

Le Doogee S68 Pro est livré avec un appareil photo triple composé d’un capteur principal de 21 Mpx, d’un objectif grand angle de 8 Mpx et d’un objectif macro de 8 Mpx.

Le capteur principal est capable de prendre des photos utilisables. Les couleurs deviennent plus réalistes, les détails sont abondants et le contraste, à condition que l’exposition automatique soit correcte, est assez bon. Cela dit, le capteur/caméra est confronté aux problèmes habituels. Les images présentent un léger grain, qui devient plus perceptible selon les conditions d’éclairage. Et bien que les détails soient clairement visibles ici et là, les zones vertes et les arbres sont l’ennemi de l’automatique et sont convertis en boue de pixels verts et accessoirement le ton vert est également trop corrigé. Le capteur grand angle n’a qu’une résolution de 8MP, et vous pouvez le voir sur les images par rapport au capteur principal. En outre, les bords sont souvent très flous et le niveau de détail diminue considérablement. De plus, les images sont souvent très sombres, en fonction de la luminosité ambiante générale, de sorte qu’on ne peut presque rien reconnaître.

Malheureusement, le capteur grand angle présente trop d’inconvénients, c’est pourquoi je ne peux pas recommander son utilisation. De plus, le Doogee possède toujours une lentille Marko. Malheureusement, je n’ai pas pu utiliser l’objectif dans le but approprié, car il n’y a pas de mode macro manuel, ou l’appareil photo ne bascule pas automatiquement dès que vous faites la mise au point sur un objet très proche. Cependant, le capteur semble être en partie responsable de cette situation, du moins pour les clichés de bokeh. Au moins, ces derniers ne fonctionnent pas lorsque l’objectif macro a été couvert. Quoi qu’il en soit, seule une zone circulaire est floue pour les prises de vue en bokeh, donc c’est le logiciel plutôt que le troisième capteur de l’appareil qui en est responsable. La caméra frontale se résout à 16MP et filme des selfies utilisables. La qualité ici n’est pas très bonne, les détails de l’objet mis au point sont corrects, mais il n’y a souvent que des pixels de boue en arrière-plan. De plus, les couleurs sont un peu pâles et le grain est beaucoup plus fort que sur le capteur principal.

Dans l’ensemble, la caméra n’est pas aussi performante. Même si tous les capteurs de la triple caméra sont réels, les capteurs supplémentaires n’offrent pas de réelle valeur ajoutée. Il aurait été préférable d’opter pour un capteur TOF plutôt que pour l’objectif macro afin que les clichés de bokeh aient au moins l’air bons. Le capteur grand angle capture en fait une plus grande partie du paysage, mais la qualité de l’image est nettement inférieure à celle du capteur principal. En conclusion, le capteur principal est bon pour l’un ou l’autre cliché, la caméra frontale est bonne pour soi, le reste est inutile.

Autonomie

Le Doogee S68 Pro dispose d’une batterie de 6300 mAh, dont la capacité peut être confirmée par les mesures de test. L’appareil a géré 15 heures et 20 minutes dans le benchmark, ce qui est un très bon taux. Malheureusement, la batterie se charge avec un maximum de 24W et ne passe donc complètement de 0 à 100 en 3 heures. En charge sans fil, elle n’est même que de 10W. Nous en arrivons maintenant à la caractéristique qui rend le Doogee S68 Pro si spécial, car il peut également servir de banque d’énergie sans fil pour d’autres appareils. Cependant, il ne se charge qu’avec un maximum de 5W, c’est pourquoi cette fonction est adaptée aux petits gadgets. Cependant, il faut beaucoup de temps pour charger complètement un smartphone.

Conclusion du test

A notre avis, le Doogee S68 Pro est un excellent choix pour les personnes qui veulent avant tout un smartphone qui soit résistant aux chutes mais qui fasse aussi de très belles photos et vidéos.

[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Laisser un commentaire