Umidigi F2

Pour vous faire une idée complet pour le smartphone Umidigi F2, vous trouverez le test complet sur cette page. Vous allez également pouvoir avoir notre avis par rapport aux fonctionnalités qu’il propose.

Présentation

L’Umidigi F2 est grand, luxueux et lourd. Cela est dû à l’énorme batterie, au dos en verre et, bien sûr, au grand écran. Il existe une variante noire et une variante bleue – nous avions la version bleue dans le test. Celui-ci est magnifiquement orné d’un dos en verre réfléchissant avec un dégradé de classe et des découpes subtiles pour les appareils photo. Le lettrage Umidigi est placé verticalement et globalement, il rappelle beaucoup le Xiaomi Mi Note 11. Gros, épais et lourd ? Concrètement, cela signifie 162 x 77 x 8,9 millimètres et 215 grammes de poids. Cela vous dérange-t-il dans l’utilisation quotidienne ? Presque pas du tout. Il est difficile d’opérer avec une main, mais c’est tout à fait possible. Cela est également dû au fait que l’Umidigi F2 tient extrêmement bien dans la main et n’est pas trop glissante malgré le dos en verre. Et vous êtes récompensé pour les dimensions : 6,53 pouces d’exposition, c’est beaucoup ! Je n’ai pas trouvé l’interruption par la caméra « punch hole » dans le coin supérieur gauche ennuyeuse – je la préfère à une encoche « classique ».

Le bouton d’alimentation de l’Umidigi F2 sert également de capteur d’empreintes digitales. Au début, il a fallu que je m’habitue à cette position, mais en attendant, je la préfère à un scanner d’empreintes digitales au dos. Cependant, le capteur de l’Umidigi S5 Pro répond de manière nettement plus fiable que celui du F2, ce qui est probablement dû aux dimensions plutôt réduites du scanner, car il n’y a tout simplement pas beaucoup de place dans le cadre. Tout comme le capteur d’empreintes digitales, le basculeur de volume est également situé sur le côté droit du boîtier. Il ne fait pas de bruit et sa qualité de construction n’est pas inférieure à l’impression générale. Il n’y a pas de LED de notification. Cependant, il y a un port USB-C et une prise de 3,5 mm, tous deux situés sur le fond de l’Umidigi F2. Le haut-parleur mono est également situé à cet endroit, ce qui est fort mais pas particulièrement bon. Les deux cartes Nano Sim, et la carte Micro SD supplémentaire si nécessaire, peuvent être insérées dans une fente sur le bord gauche du boîtier.

Performances et fonctionnalités du Umidigi F2

L’écran IPS de 6,53 pouces de l’Umidigi F2 a une résolution de 2340 x 1080 pixels, ce qui donne un rapport d’aspect de 19,5:9 et une densité de 395 pixels par pouce, ce qui est assez net. L’écran n’est pas seulement net, il brille aussi par sa haute luminosité et ses couleurs naturelles, qui peuvent sembler un peu trop sourdes à certains, mais qui sont à mon avis le bon mélange de naturel et de brillant. J’aime aussi beaucoup la balance des blancs.

La stabilité de l’angle de vue de l’écran est également remarquable – c’est vraiment génial. Je ne pouvais pas remarquer de décoloration ou de couture, quelle que soit la façon dont j’ai tordu et tourné l’Umidigi F2. Le seul point négatif est l’hémorragie du rétro-éclairage. Bien que cela se produise toujours en théorie avec les écrans IPS, et que ce soit en fait un peu plus faible sur l’Umidigi F2 que sur les appareils de milieu de gamme comparables, ce n’est pas un problème. Cependant, il est très visible autour de la caméra du trou de poing – le rétro-éclairage brille plus fort ici qu’ailleurs. Cela se remarque dans les pièces sombres et met à nouveau en évidence le « trou » de l’affichage séparément.

À l’intérieur de l’Umidigi F2 se trouve le MediaTek Helio P70, qui est maintenant une vieille connaissance et qui a déjà fait ses preuves à plusieurs reprises. Il peut facilement tenir la chandelle face aux processeurs de milieu de gamme de Qualcomm et assure une performance rapide dans l’Umidigi F2, qui surpasse le Xiaomi Mi A3 dans une comparaison subjective. En contrepartie, vous devez accepter que l’installation de roms personnalisés ou de la Google Camera (Gcam) ne soit pas possible sur les smartphones équipés du processeur MediaTek. Par rapport à mon précédent smartphone, l’Umidigi S3 Pro, le multitâche s’est considérablement amélioré dans le F2. Bien qu’il y ait à nouveau six gigaoctets de mémoire vive installée, le smartphone garde beaucoup plus d’applications ouvertes en arrière-plan. C’est une autre raison pour laquelle les performances du système sont à un niveau élevé. Au fait, les 128 gigaoctets de mémoire interne sont extensibles, mais je n’en ai pas profité.

Quand il s’agit de sortir des smartphones avec les dernières versions d’Android, Umidigi est toujours là. Le gros problème : les smartphones d’Umi ne voient pas de mise à jour majeure, et même les mises à jour mineures sont extrêmement rares et s’arrêtent généralement après quelques mois. L’Umidigi F2 en est un bon exemple. Le smartphone a été lancé en septembre 2019 et n’est réellement disponible que depuis novembre/décembre. Ma mise à jour de sécurité date d’octobre 2019, donc l’Umidigi F2 a vu exactement une mise à jour de sécurité jusqu’à présent. C’est tout simplement insuffisant. Et nous préférons ne même pas parler d’Android 11 – les mises à jour du système n’existent pas du tout avec Umi. Vous devriez le savoir avant d’acheter.

D’autre part, il faut dire que l’Umidigi a déjà la dernière version d’Android installée avec Android 10, ce qui ne s’applique qu’à quelques smartphones dans cette gamme de prix. Si vous achetez auprès de grands fabricants comme Samsung ou Huawei, vous n’obtiendrez probablement pas non plus un téléphone avec la perspective d’Android 11 pour moins de 300 euros. Heureusement, le système d’exploitation Android 10 fonctionne aussi bien que le beurre. Je n’ai pas encore fait l’expérience d’un seul accrochage, et le mode sombre du système est super agréable malgré l’affichage IPS. Le nouveau design des notifications est un énorme soulagement et Umi a finalement inclus Google Photos comme galerie par défaut directement dans l’application de l’appareil photo – mega ! Dans l’ensemble, j’ai été super agréablement surpris par les efforts qu’Umidigi a dû déployer pour mettre en place le logiciel pour la F2. J’ai vraiment apprécié l’utilisation du smartphone et Android 10 est rapide, simple et intuitif. L’intégration des services Google est encore meilleure qu’auparavant. Les seuls points faibles : « Ok Google » ne fonctionne toujours que lorsque l’écran est allumé, les contacts et l’application horloge sont dépassés et ne supportent pas le mode sombre (les dernières versions de Google peuvent être installées à partir du Play Store) et le volume est en fait beaucoup trop élevé partout.

Qualité des photos et des vidéos

L’appareil photo d’Umi était un peu plus mauvais que la concurrence des grandes marques dans les smartphones un peu plus chers. C’est toujours le cas, mais Umidigi a clairement rattrapé le F2 et fournit un logiciel d’appareil photo utilisable qui permet parfois de sortir de très bonnes images des capteurs. Dans les détails, cependant, les différences avec Xiaomi et compagnie sont encore clairement perceptibles.

Le capteur principal a une résolution de 48 mégapixels et fournit de très bonnes images dans de bonnes conditions d’éclairage, avec une très bonne netteté et de bonnes couleurs, même si elles sont un peu pâles. Une chose négative que j’ai remarquée est la balance des blancs – elle fait malheureusement ce qu’elle veut. Même dans l’obscurité, le capteur fait un travail très respectable et le mode nuit éclaircit à nouveau l’image de façon notable, mais cela signifie que beaucoup de détails sont perdus. Le capteur de 13 mégapixels est équipé d’un objectif ultra grand angle. Les prises de vue de jour sont convaincantes et suffisamment nettes, même si, lorsqu’on les regarde sur un ordinateur portable ou même un téléviseur, les différences avec le capteur primaire sont perceptibles. Dans l’obscurité, cependant, la caméra ultra grand-angle est de qualité moyenne.

En matière de vidéo, le concours est malheureusement en avance sur Umi. Seul le 1080p à 30 images par seconde ne suffit plus. Le focus pompe comme un fou dans les vidéos et ne trouve pas son sujet. La stabilisation électronique est là, mais le résultat final n’est pas encore vraiment stabilisé. Les amateurs de cinéma doivent donc éviter l’Umidigi F2.

Autonomie du Umidigi F2

L’Umidigi F2 est équipé d’une batterie de 5150 mAh qui peut être chargée jusqu’à 18 watts par câble. Ce n’est pas rapide comme l’éclair, mais c’est simplement dû à l’énorme capacité de la batterie. La recharge sans fil n’est pas prise en charge.

En pratique, je passe très bien deux jours avec l’Umidigi F2. Il me reste généralement environ 18 % à la fin, ce qui me donnerait une autre demi-journée en mode économie d’énergie. Cependant, la durée d’exécution dépend sensiblement de l’utilisation de l’écran. En raison de la luminosité maximale relativement élevée, l’écran consomme beaucoup de batterie.

Conclusion du test

Pour conclure notre avis, le Umidigi F2 est un smartphone que l’on conseille notamment si vous recherchez un modèle avec une grande autonomie.

[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Laisser un commentaire