Umidigi A7S

Ce qui caractéristique le plus le Umidigi A7S est sans aucun doute son excellent rapport qualité/prix comme vous pouvez le voir dans ce test.

Présentation

La gamme de produits d’Umidigi est beaucoup moins étendue que celle de Xiaomi, par exemple. Cependant, ils parviennent toujours à placer les smartphones qui ont le droit d’exister aux côtés des grands fabricants.

Cependant, lorsque vous regardez l’A7S, il devient clair que vous avez une tâche gigantesque. Les ressources disponibles ont évidemment été principalement consacrées à l’apparence, car on ne peut pas se plaindre de cela. Avec 164 x 78 x 11 mm, les dimensions standard sont gérables. L’encoche de la goutte d’eau, qui abrite la caméra selfie, est également arrivée dans le secteur des petits budgets. La diagonale d’affichage de 6,53 pouces n’est plus un problème non plus.

Et malgré le fait que le Umidigi A7S ait un dos et un cadre entièrement en plastique, il a en quelque sorte l’air haut de gamme. Cela peut être dû à la couleur, que l’on appelle ici « bleu ciel », ou à la surface striée qui ne permet pas les empreintes digitales. La conception monocorps ne révèle pas non plus de lacunes. Mais cela pourrait aussi être dû à la grande triple caméra qui trouve sa place dans le coin supérieur gauche à l’arrière et qui abrite également un thermomètre intégré. Désolé, je voulais dire le thermomètre AI bien sûr.

Il y a aussi le bouton unique librement configurable et donc très utile sur le côté gauche, mais malheureusement il est en plastique, tout comme le bouton de volume et le bouton de mise en marche. D’autre part, le bord inférieur du smartphone reste largement classique. Une grille de haut-parleur à droite, le microphone à gauche, et un port USB de type C au centre. Il n’est plus unique dans les gammes de prix bas, mais il est toujours le bienvenu.

Il y a deux caractéristiques qu’Umidigi a en avance sur certains smartphones beaucoup plus chers avec l’A7S. Tout d’abord, il y a un connecteur jack de 3,5 mm sur le bord supérieur. Bien sûr, à l’époque des casques True Wireless, cela semble être une relique, mais cela rend l’utilisation de vieux appareils avec des câbles jack sans problème. La deuxième caractéristique la plus chère est la fente pour carte SIM. Il est conçu comme un triple emplacement dans l’A7S. Vous pouvez donc insérer deux nano cartes SIM et en plus une carte micro SD.

En ce qui concerne les caractéristiques, Umidigi ne s’est pas laissé abattre et peut même se démarquer un peu du lot. Le design n’est peut-être pas tout à fait nouveau, mais il a l’air chic et la fabrication est vraiment bien faite pour un téléphone aussi peu coûteux. Outre notre modèle en « Bleu ciel », il y a aussi les couleurs « Vert paon », qui ressemble plus à de la menthe, et « Gris granit », qui est visuellement le modèle de base noir.

Performances et fonctionnalités du Umidigi A7S

Comme nous l’avons déjà mentionné, Umidigi utilise un écran de 6,53 pouces. Il en résulte un rapport de 20:9. Cependant, Umidigi n’utilise qu’un écran IPS HD+, ce qui donne 1600 x 720 pixels. Ces valeurs donnent 268 ppi, ce qui ne peut plus être considéré comme du rasoir, mais devrait être tout à fait suffisant pour une utilisation normale.

En fait, l’affichage ne fait pas du tout mauvaise figure. La luminosité varie de 23 à 680 lux, ce qui entraîne des problèmes en cas de fort ensoleillement, mais est suffisante la plupart du temps. Surtout dans cette gamme de prix, ce sont d’excellentes valeurs. Dès qu’il fait nuit, l’affichage s’ajuste suffisamment pour soulager un peu les yeux. Le contrôle fait également un bon travail ici, bien qu’il agisse avec un fort retard, mais trouve généralement un réglage adapté à l’environnement.

Les couleurs de l’écran IPS ont une dominante bleue, particulièrement visible sur les fonds blancs. Certains pourraient penser que la prédominance des fonds bleus confirme cette hypothèse. Cela ne peut être compensé que de manière très imprécise, car il n’y a pas de calibrage direct des couleurs. Cependant, il existe un mode nocturne qui réduit fortement la couleur bleue et augmente le rouge à la place. Ce mode peut être réglé en intensité, de sorte qu’au lieu d’une image bleue et froide, vous pouvez obtenir une image rougeâtre et chaude. Cependant, le résultat n’est pas vraiment satisfaisant.

La stabilité de l’angle de vue est bonne. Si vous inclinez le smartphone très loin vers la gauche ou la droite, il n’y a presque pas de déviation des couleurs et l’image ne devient que légèrement plus sombre. L’effet est plus grave lorsque vous inclinez le téléphone vers le haut ou vers le bas ; la perte de luminosité est clairement visible ici. D’autre part, on ne peut pas vraiment attendre beaucoup en termes de contraste. IPS offre naturellement un contraste assez faible et l’écran d’Umidigi sur l’A7S montre toujours du noir comme une nuance de gris foncé.

Enfin, nous regardons les bords de l’écran. Bien sûr, on ne peut pas poser de nouveaux jalons ici, mais je trouve les 4,5 mm sur les côtés corrects. Sans l’encoche, le bord supérieur mesure 5 mm, avec elle, c’est 9,5. Le menton entre toujours à 8 mm.

Pour moi, l’affichage du Umidigi A7S est un très bon chiffre pour un smartphone à petit budget. Certes, il présente des faiblesses évidentes, comme le bleu ou le contraste, mais dans l’ensemble, il est bon à utiliser. Il m’a également surpris avec un écran tactile à 10 doigts. Cependant, le test de la surface tactile a également révélé que les coins supérieurs arrondis ne peuvent pas être actionnés, la zone réelle se trouvant 3 mm plus loin sur l’image. Peu attrayant, mais devrait déranger les moins nombreux.

La principale raison pour laquelle Umidigi place l’A7S dans la catégorie des appareils à faible budget est probablement l’équipement interne. Une vieille connaissance essaie de mettre en marche l’A7S là où elle peut. Nous connaissons tous suffisamment le processeur et nous l’avons rencontré à de nombreuses reprises. Il s’agit du MediaTek MT6737 avec quatre noyaux Cortex-A53. Après tout, l’unité centrale dispose de 1,25 GHz, ce qui est souvent insuffisant pour alimenter le smartphone en énergie. En outre, il existe un très vieux procédé de fabrication à 28 nm, qui devrait alimenter la soif de pouvoir. 2016, c’était il y a un moment déjà, et Umidigi a dû nettoyer le sous-sol.

Cependant, l’unité centrale n’est pas la seule à blâmer ici et pourrait peut-être même en faire plus si elle le voulait. Du côté des GPU, il existe au moins un Mali-T720-MP1 avec 650 MHz disponible. Ce n’est pas non plus un modèle haut de gamme, mais les exigences ne sont pas non plus très élevées.

La très faible mémoire vive LPDDR3 (2 Go/s) fait mauvaise figure. Ses maigres 2 Go ne sont tout simplement pas la réalité de nos jours, même si vous ne choisissez qu’Android 10 Go comme système d’exploitation. Bien sûr, vous pourriez toujours tirer quelque chose de la mémoire, mais Umidigi devrait faire plus de travail d’optimisation et cela ne vaut probablement pas la peine pour un tel modèle. Je serais très intéressé de voir comment l’A7S se comporte avec 3 Go de RAM, car avec les capacités existantes, il ne fait pas un bon chiffre. Après, si vous visez la performance, le Nubia RedMagic 5S sera un meilleur choix.

De fréquentes attentes et des temps d’attente sont déjà à l’ordre du jour dans la navigation du menu. Une fois que le menu est chargé, il se déroule sans problème, mais avant cela, il y a une petite secousse. Cependant, tout n’est pas mauvais. Umidigi économise de la mémoire vive, mais continue à construire en 32 Go de mémoire morte (140 mb/s en lecture et 115 mb/s en écriture). Elle peut être étendue de 128 Go avec une carte SD. Il y a donc suffisamment d’espace. Les performances de la mémoire intégrée et de la mémoire externe sont presque identiques.

Les propres applications de Google, qui sont bien sûr préinstallées, ont également été réduites. Assistant, Caméra, Galerie, etc., ont une variante GO, qui devrait nécessiter moins de toutes les ressources et permettre quand même un bon fonctionnement. La seule exception est YouTube.

Inversement, le système est très propre. La seule extension superflue est DuraSpeed. Sinon, il n’y a pas de quoi se plaindre du côté des applications.

Certains des décors sont complètement bananes. Umidigi vous permet de choisir vous-même la couleur du système, ou du moins de choisir parmi les couleurs prédéfinies. Cependant, ces derniers ne se trouvent pas dans « Affichage », l’élément « Apparence » ou similaire, mais sont cachés dans les options du développeur.

Comme vous l’avez peut-être remarqué, l’A7S n’est pas équipé d’un capteur d’empreintes digitales. Cependant, le smartphone est capable de déverrouiller le visage. Ce point a également été supprimé de la section « Sécurité ». Certes, c’est le cas de nombreux appareils. Les « Gestes et mouvements » ne sont pas inclus dans le « Contrôle des gestes », mais ont leur propre onglet à un endroit complètement différent. Un peu de confusion si vous me demandez, mais vous pouvez vous en accommoder. Cependant, il est d’autant plus surprenant que l’A7S est doté de commandes de gestes de travail. Bien sûr, la mise en page est une implémentation propre à Google, donc si vous passez par le bas, vous retournez toujours à l’écran d’accueil, alors que si vous passez par le côté, vous ne revenez qu’à un niveau. Mais pour le matériel, il fonctionne étonnamment bien.

Le déverrouillage du visage, par contre, est trop nul pour faire quoi que ce soit, à ce moment-là j’étais surtout en train d’essuyer ma broche d’échantillonnage, j’en dirai plus dans un instant.

Pour ne pas rester sans réponse, je voudrais mentionner la clé intelligente, c’est-à-dire le bouton unique sur le côté gauche, qui est librement configurable. Il est clair qu’Umidigi a voulu que ce bouton permette un accès rapide au thermomètre. Cependant, si vous le souhaitez, vous pouvez attribuer librement les fonctions comme je l’ai dit, ce qui fonctionne très bien.

Y a-t-il eu des bugs et des plantages ? Oui. J’ai eu un accident dès le début. Cependant, cela a été précédé par deux mises à jour du système, que j’ai installées sans redémarrer l’appareil une fois entre les deux. Je ne peux qu’imaginer que c’était la raison, car depuis lors, elle a fonctionné sans autre problème. Le crash, d’ailleurs, était un écran qui s’éteignait soudainement, ne reconnaissant qu’après coup s’il était allumé ou éteint. La photo n’est plus montrée. Après quelques minutes et un redémarrage difficile, il a de nouveau fonctionné.

Je pense que vous pouvez le dire. Le 5G est bien sûr plat, mais il n’est pas encore vraiment disponible sur une grande surface. Avec la 4G, vous obtenez au moins la bande 20, ce qui signifie beaucoup avec la disparition prochaine des fréquences 3G, en particulier dans les zones rurales. Tant que cela fonctionne, cependant, la 2G et la 3G bénéficient d’un soutien total.

2G : B2, B3, B5, B8
3G : B1, B2, B4, B5, B8
4G : B1, B2, B3, B4, B5, B7, B8, B17, B18, B19, B20, B28, B40, B4

Vous pouvez utiliser deux nano cartes SIM en même temps. La particularité est qu’une carte micro SD peut également être utilisée. Ainsi, aucun emplacement SIM n’est sacrifié pour la carte SD. La réception était généralement bonne, mais parfois elle était légèrement inférieure à ce que je mesurais habituellement.

Si le WLAN est disponible, l’A7S fonctionne avec la double bande 802.11ac et est capable de fonctionner en 2,4 et 5 GHz. Théoriquement, la transmission à l’écran fonctionne et les hotspots sont bien sûr possibles, seul un matériel faible pourrait mettre un frein à cette transmission.

Umidigi est un peu déçu par la norme Bluetooth. Seule la version 4.0 est utilisée. Malheureusement, c’est un peu trop faible. Mais vous pouvez toujours sortir les vieux écouteurs avec le câble, car l’A7S a une prise de 3,5 mm.

Les capteurs ont permis d’économiser moins d’argent. Bien sûr, on utilise principalement les capteurs de base, comme un capteur de lumière, un gyroscope, une boussole électronique, un accéléromètre et un capteur de proximité.

Toutefois, l’A7S présente un petit point fort. Umidigi se vante d’avoir le premier smartphone avec thermomètre intégré. Le monde a-t-il attendu cela ? Eh bien, peut-être dans certains endroits. En règle générale, il est peu probable que le capteur soit beaucoup utilisé, même en période de pandémie mondiale. D’autant plus que, malgré un éventuel calibrage, il n’est pas super précis. Pour un pistolet thermique, la différence était d’environ 1 degré. Ce n’est pas grand-chose, mais cela fait malheureusement souvent la différence entre la fièvre et l’absence de fièvre. Théoriquement, la température des objets peut également être détectée, l’échelle est juste un peu différente, sinon la fonction et sa précision sont identiques.

Qualité des photos et des vidéos

Oui, Umidigi a en fait deux capteurs en état de marche après tout. L’appareil photo normal, un capteur de 13 mégapixels avec une ouverture de f/1,8 et un capteur ultra grand-angle avec une ouverture de f/2,2 et 8 mégapixels. Le troisième est un capteur de 2 MP sans spécification d’ouverture et, s’il était fonctionnel, ne serait responsable que de la séparation des images dans les prises de vue en bokeh. Le mode portrait, cependant, n’est représenté que par un cercle central pointu et un extérieur délavé. Au moins le degré de netteté ou le rayon peuvent être ajustés. Ce qui crée au moins l’illusion de travailler bokeh dans certaines images.

D’ailleurs, l’acuité doit être considérée comme relative. La plupart des images de l’appareil photo principal sont assez légèrement délavées. La stabilisation de l’image ne semble guère fonctionner et dès que l’éclairage n’est pas parfait, l’image commence à être légèrement bruyante. Au moins, la qualité de l’image reste constante sur toute la surface, de sorte que vers les coins, la netteté ne diminue pas davantage.

L’appareil photo ultra grand-angle fait en fait un peu mieux avec une main sûre. Si vous vous attendez à des images utilisables de façon constante, vous serez déçu, mais les images semblent un peu plus claires. Cependant, il est clairement visible dans de nombreux plans que la mise au point ne fonctionne pas correctement. Dans ces moments-là, il se réajuste constamment et ne dispose que de très petites fenêtres de temps dans lesquelles il délivre une image propre.

J’ai été surpris par la caméra unique de l’égoïste. Il est censé utiliser un capteur de 8 MP avec une ouverture de f/1,8. Les images sont beaucoup plus nettes que celles de la caméra principale. Le visage est correctement éclairé même si les conditions d’éclairage ne sont pas optimales et que des détails encore plus fins peuvent être reconnus. Les zones sombres deviennent bruyantes ici aussi, mais avec un peu de lumière, on peut envoyer des clichés utilisables qui n’ont rien de honteux.

Les enregistrements vidéo avec la caméra principale sont également médiocres. L’Umidigi A7S n’a pas encore entendu parler de stabilisation d’image et les 30 FPS annoncés ne sont que des vœux pieux. L’enregistrement vidéo s’adapte le mieux au changement dynamique de la lumière à l’obscurité. En général, les vidéos sont inutilisables même avec peu de mouvement. Pour aggraver les choses, les enregistrements ne sont possibles qu’en HD, c’est-à-dire en 720p, et il n’y a pas d’autres fonctionnalités.

Autonomie

Umidigi donne à l’A7S une batterie de taille décente. 4150 mAh sont stockés sous l’écran. Combiné à un matériel peu puissant et à un écran HD, cela suffit pour un moment. Mon test comprenait deux jours de photos, de navigation sur différents sites web et de visionnage de l’une ou l’autre vidéo. Dans l’étalon, vous obtenez une durée de vie utile de 9 heures et demie avec une luminosité normalisée de 200 lux.

Un peu plus de tout, ou au moins dans certains domaines, n’aurait certainement pas fait de mal. Bien sûr, vous vous retrouvez rapidement dans des gammes de prix plus élevées, mais avec l’A7S, vous souhaitez en quelque sorte que tout cela s’inscrive dans le cadre d’un budget serré.

Une demi-heure de visionnage d’une vidéo à la moitié de sa luminosité est chargée à environ 5 %. Le smartphone est alors chargé à 5 watts si vous vous en tenez à l’alimentation électrique fournie par Umidigi. Si vous avez quelque chose de plus puissant à la maison, vous pouvez également alimenter l’Umidigi A7S avec 10 watts, ce qui réduit le temps de charge de 3,5 heures à 2 heures.

Les points forts

Ci-dessous les points forts du Umidigi A7S.

  • Très bonne autonomie
  • Ecran de bonne qualité
  • Excellente connectivité
  • Système Android allégé

Conclusion du test

Le Umidigi A7S propose donc d’excellentes choses comme une excellente autonomie ou un très bel écran pour un prix très raisonnable.

[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Laisser un commentaire