Holy Stone HS700

Découvrez dans ce test tout concernant le Holy Stone HS700 qui est un très que l’on vous recommande.

Présentation

Le HS700 laisse une impression de haute qualité dès la première impression. Le quadrocoptère est presque entièrement constitué de plastique mat, qui existe en noir ou en blanc. Les moteurs sans balais sont intégrés dans le corps de haute qualité et rien d’autre ne vacille ou ne grince ici. De plus, pendant le montage, ma bonne impression n’a pas été altérée. Cette méthode s’avère rapide et simple et est bien décrite dans le manuel en français. Dès que le train d’atterrissage est branché et que la caméra est fixée dans son support et attachée au drone, elle peut presque démarrer. Seules les hélices doivent encore être vissées sur les moteurs. Pour l’affectation correcte, où quelle hélice appartient, aide en conséquence un A ou un B dans chaque cas à l’hélice et au corps du drone. Vous devez également vous assurer que l’extrémité du filetage de l’hélice se trouve directement sur l’embout du moteur et qu’il ne reste pas de filetage.

Meilleure Vente n° 1
DRONES
  • Amazon Prime Video (Video on Demand)
  • Alex Essoe, John Brotherton, Anita Briem (Actors)
  • Jordan Rubin (Director) - Al Kaplan (Writer)

Bien sûr, la qualité du travail et surtout la sensation de la télécommande sont également importantes. Ici aussi, il y a peu à redire, si ce n’est que plusieurs interrupteurs n’ont aucune fonction et qu’ils sont donc un peu confus au début. Ici, on semble vouloir économiser de l’argent en utilisant un modèle provenant d’une autre chaîne de production. Sinon, le reste des interrupteurs et des joysticks porteurs de fonctions restent bien en place dans le boîtier. Le support pour smartphone permet également de ranger des smartphones plus grands avec une diagonale d’affichage d’un peu plus de 6 pouces, y compris le couvercle de protection. Le petit écran monochrome au bas de la télécommande affiche également des informations élémentaires, telles que le nombre de satellites connectés et l’altitude de vol actuelle du drone. Même en plein soleil, l’affichage reste lisible.

Comme nous l’avons déjà mentionné, il y a peu à redire sur la qualité de construction du HS700, mais sa conception fait que le drone ne peut pas être plié aussi facilement qu’un DJI Mavic et est donc considérablement plus volumineux. Il ressemble plutôt à un drone de la série DJI Phantom. Cependant, comme les cadres d’atterrissage sont faciles à détacher et que les hélices sont également rapidement retirées, le drone peut également être rangé assez bien dans un sac à dos rembourré. Les grandes dimensions apportent généralement une grande masse avec elles, et ainsi la Pierre Sainte HS700 Ophelia pèse bien 587 grammes, batterie comprise. Ce chiffre est particulièrement important ici en France, car le drone répond ainsi à l’exigence de marquage. Concrètement, cela signifie que le drone lui-même doit porter une plaque avec l’adresse du propriétaire.

Performances du Holy Stone HS700

Ainsi, une fois le drone assemblé et l’application correspondante, qui est disponible à la fois pour Android et iOS, installée sur votre smartphone, vous pouvez activer le drone en insérant la batterie à l’arrière. Avant de le faire, il faut aussi se souvenir d’équiper la télécommande de quatre piles AA. Le drone se connecte immédiatement à la télécommande et pendant la phase de test, il n’y a jamais eu de problèmes. Cependant, avant que le drone puisse prendre l’air en appuyant sur un bouton, tous les capteurs doivent d’abord être calibrés. Pour ce faire, on aligne les joysticks de la télécommande, qui transmettent la commande correspondante, et on fait tourner le drone horizontalement et verticalement sur son propre axe. A toutes les étapes, le drone informe de son état à l’aide de voyants LED bien visibles sous les quatre moteurs, comme il y a aussi sur le Yuneec Mantis Q.

Une fois l’étalonnage terminé, vous devez connecter votre smartphone au drone par Wi-Fi afin que l’application reçoive les données nécessaires et que la vue en direct soit disponible. En fait, la connexion à l’application n’est pas absolument nécessaire pour faire fonctionner le drone, mais sans elle, vous perdez une grande variété de fonctions. De son côté, le smartphone ne se connecte pas à la télécommande, comme c’est le cas pour le DJI, par exemple. Cela signifie que l’application est liée aux limites techniques du WLAN installé. Dans l’application elle-même, l’utilisateur a accès à l’image en direct de la caméra ainsi qu’à la possibilité de lancer des enregistrements photo ou vidéo et de les récupérer à partir de la carte micro SD. En outre, l’historique des vols peut être consulté sur une carte et l’altitude et la distance du vol peuvent être limitées. Ce point est particulièrement pertinent en France, car il existe dans ce pays des directives qui doivent être respectées. Par exemple, le drone ne peut être piloté que dans le champ visuel et ne peut pas dépasser une hauteur de vol de 100 mètres en dehors des terrains d’aviation de modèles spéciaux. Si ces directives sont respectées, les autres fonctions de l’application peuvent également être utilisées sans problème. L’utilisateur dispose de deux autres modes de vol. Dans le premier, le mode point d’intérêt, le drone vole autour d’un point fixe dans un large rayon et le fixe constamment avec la caméra. En mode « Follow Me », le drone détecte une personne et la suit partout où elle va. Des caractéristiques similaires sont déjà connues du concours, mais les suppléments sont en fait utilisables et non un simple élément de plus sur la fiche technique. Un mode sans tête peut également être activé sur la télécommande et un plan de vol personnalisé peut être configuré dans l’application. En termes de fonctionnalités, la Holy Stone HS700 offre donc suffisamment de fonctions pour les débutants et les utilisateurs avancés.

Fonctionnalités du Holy Stone HS700

En appuyant sur un bouton, les hélices du drone peuvent être « déverrouillées », qui se mettent alors en marche dans une sorte de ralenti. Si vous appuyez ensuite sur le bouton de décollage de la télécommande, le drone s’élève à environ 2,5 mètres en l’air et y attend d’autres commandes de l’utilisateur. On remarque immédiatement la stabilité du drone dans l’air, même par vent fort, grâce à sa connexion GPS. Ainsi, le drone assure en permanence sa position actuelle, pour ainsi dire, et aligne en permanence ses moteurs pour qu’il reste toujours au même endroit. Un autre avantage de cette technologie est la fonction retour à la maison, à l’aide de laquelle le drone retourne à son point de départ initial et y atterrit en appuyant sur un bouton. Ce mode est également activé automatiquement dès que la batterie du drone atteint un niveau critique et fonctionne assez bien lors du test avec une tolérance d’environ un mètre.

Pendant mon test, je me suis aussi beaucoup amusé à contrôler la Holy Stone HS700, notamment grâce à la reconnaissance très précise des commandes. La télécommande permet des manœuvres très précises, que le drone met en œuvre de manière fiable. En outre, le drone vole suffisamment vite, jusqu’à 26 km/h. Ce n’est qu’en descendant que le HS700 aime prendre son temps, de sorte qu’il peut même sembler d’en bas que la commande de contrôle n’a pas été reconnue par le drone.

La caméra au format Action Cam incluse enregistre des vidéos FHD 1080p à une vitesse pouvant atteindre 60 images par seconde. Les photos ont une résolution maximale de 12 mégapixels. Il en résulte des images fondamentalement bonnes qui pourraient certainement répondre aux exigences des photos de loisir. Malheureusement, le Holy Stone HS700 présente un inconvénient majeur par rapport à certains modèles concurrents ; le drone n’a pas de cardan. Le fabricant mise plutôt sur une construction avec quatre ressorts en caoutchouc, qui devraient aplanir les légères secousses, mais qui ne peuvent finalement rien faire contre les tirs fortement hésitants. Les couleurs et la dynamique de l’appareil photo sont définitivement acceptables pour le prix, mais à cause des tremblements, les photos ne sont pas très utilisables. De plus, le tout est associé à l’une ou l’autre image intermédiaire.

J’espère que le fabricant proposera un ensemble de mises à jour qui permettront de donner au Holy Stone HS700 un véritable cardan. Cela serait peut-être possible grâce au port Micro USB du drone, qui permet de brancher l’appareil photo. Si vous pouviez fournir suffisamment de puissance par ce biais, la plus grande critique du HS700 serait de loin l’histoire. Comment la qualité de la caméra se comporte dans la double équipe avec un modèle GoPro actuel et compatible, que je n’ai malheureusement pas pu tester faute de caméra correspondante. Cependant, j’ose douter qu’une stabilisation d’image numérique sur un drone puisse égaler une stabilisation optique.

Autonomie et portée

Au cours de mes vols d’essai, j’ai pu réaliser environ 18 minutes de vol avec une seule charge de batterie dans des vents un peu plus forts. Bien sûr, ce temps est toujours influencé par la force du vent et d’autres facteurs, mais 18 minutes est un temps acceptable pour un drone de ce calibre couplé à une batterie de 2 800 mAh. La batterie est chargée à l’aide du câble de charge inclus, qui consomme environ 4,5 W par USB et nécessite donc près de 5 heures pour atteindre un niveau de charge de 100 %. Les commandes de télécommande sont reçues par le drone jusqu’à une distance d’environ 800m. Cependant, cette valeur peut bien sûr être grandement affectée par les objets se trouvant dans le champ de vision. L’image en direct est toujours affichée de manière fiable sur le smartphone jusqu’à environ 400 mètres. Ainsi, le drone peut parfaitement être piloté dans le cadre légal en France et ne limite pas le plaisir de voler de ce côté.

Conclusion de notre avis

Voila pour le test du drone Holy Stone HS700, qui est un drone qui conviendra au plus grand nombre.

Laisser un commentaire