Chuwi Ubook

Vous êtes actuellement à la recherche d’une tablette / ultrabook et vous avez vu le Chuwi Ubook ? Ce test va vous indiquer si vous devez le choisir ou non.

Présentation

La tablette est généralement livrée avec un Typecover et un stylet, mais vous pouvez également acheter des versions sans ces accessoires. Dans ce cas, seule la tablette elle-même, quelques instructions succinctes et l’adaptateur d’alimentation européen sont inclus dans l’emballage simple.

Avec l’Ubook, Chuwi souhaite manifestement s’adresser à un groupe qui se soucie au moins de la conception de ses appareils. Avec le Chuwi Ubook, vous disposez d’une tablette simple, mais élégante. Le dos est en aluminium mat, ce qui n’est probablement pas du goût de beaucoup de gens. Les empreintes digitales sont assez clairement visibles à la lumière, mais presque pas autrement. Les côtés sont faits du même matériau. En outre, il ya un lettrage blanc mat, Chuwi applique ici assez épais, en plus de nom de marque et le numéro de modèle sont imprimés ici toute une série de symboles, qui probablement personne vraiment intéressé.

Meilleure Vente n° 1
CHUWI 2 en 1 Tablette Tactile, UBook X 12 Pouces 2,4 GHz, 64 Bits, 8 Go de RAM 256 Go SSD Windows 10 OS, 2160 * 1440 IPS, avec Double caméra, USB-A 3.0 38Wh WiFi
  • UBook X est doté d'un processeur Intel Gemini Lake N4100 à faible consommation, de 4...
  • Équipé d'une carte graphique UHD Graphics 600 et la fréquence la plus élevée peut...
  • Cet ordinateur portable ultraportable de 12 pouces est composé d'un alliage...

Ce qui distingue l’ensemble de la gamme des « tablettes de productivité », qui inclut clairement le Chuwi Ubook, des tablettes ultrabook, c’est la possibilité de la faire tenir debout. Il existe généralement une sorte de support intégré pour cela. Chuwi résout ce problème comme la plupart de ses concurrents. Un support pliable est intégré au cadre de l’appareil, qui recouvre la tablette une fois comme un U. La tablette peut être entièrement dépliée et placée sur le support. Lorsqu’il est entièrement déplié, l’Ubook peut être placé dans un angle allant jusqu’à 20°. L’angle le plus aigu auquel la tablette est encore stable est d’environ 75°. Si l’angle est encore plus aigu, le support se replie complètement.

Chuwi a intégré une petite encoche sur les côtés gauche et droit du support pour le déplier : La sangle peut être dépliée en insérant l’ongle ici. Le point de pression est bien choisi, mais les bords sont malheureusement un peu pointus. Il n’est guère possible d’ouvrir la sangle à d’autres endroits. Si vous recherchez davantage un ultrabook plus qu’une tablette tactile, alors la Teclast F7S sera un meilleur choix.

Caractéristiques du Chuwi Ubook

C’est là que l’UBook brille vraiment. Pour une tablette, elle offre une gamme de ports vraiment large. Vous trouverez bien sûr un port de charge, ainsi que deux ports USB 3.0 de type A, un port micro-HDMI, une prise jack 3,5 mm, un emplacement pour carte micro-SD et un port USB Type-C.

La grande déception ici est le port USB C. Alors que le type C est commercialisé comme une norme universelle qui remplace tous les ports possibles, ce n’est pas du tout cela. Le type C se réfère uniquement à la forme du connecteur, le reste est décidé par les valeurs internes, et malheureusement contre l’UBook. La connexion d’un moniteur externe n’est pas possible, et la recharge n’est pas possible du tout. Jusqu’à présent, c’est peu, mais c’est voulu – selon le support Chuwi. En plus, malheureusement, que même mon téléphone n’est pas reconnu. Il se charge (seulement avec très peu de puissance, mais quand même) comme mémoire de masse, mais il ne peut pas être géré comme tel.

Lorsque vous achetez une tablette, l’écran doit toujours jouer un rôle important, car c’est la partie avec laquelle vous êtes le plus en contact. L’écran de l’Ubook a besoin d’être calibré, mais il est beau. Les couleurs sont vives, les contrastes sont corrects. Comme avec tous les écrans IPS, les niveaux de noir ne sont pas parfaits, mais on remarque que le noir est plus brillant sur les bords qu’au centre de l’image. Globalement, la luminosité de l’écran pourrait être réglée un peu plus haut. Cependant, il est tout à fait suffisant pour travailler à l’intérieur. En revanche, ceux qui aiment travailler à l’extérieur n’auront pas intérêt à utiliser l’Ubook. En revanche, les angles de vue sont stables et les bords sont d’une épaisseur acceptable avec environ 15 mm tout autour. Avec 1920 x 1080 pixels sur 11,6 pouces ou 190 PPI, le Chuwi Ubook est également très net. L’Ubook s’appuie sur un format 16:9. C’est pratique pour la consommation de médias, mais pas très agréable pour l’édition de texte ou d’autres tâches productives. Ici, le format 3:2, qui est également celui du grand frère de l’Ubook, l’Ubook Pro, offre simplement plus de surface d’écran. La luminosité et les contrastes en particulier sont trop faibles. Cependant, l’écran est convaincant lorsqu’il est considéré seul et dans sa gamme de prix. La consommation multimédia y est amusante et tant que vous ne tenez pas un autre écran à côté, l’image est tout à fait satisfaisante.

Les entrées au doigt et au stylet sont toutes deux possibles ici. Un groupe cible qui dépend presque de cette fonctionnalité est celui des étudiants. Peu de choses sont plus pratiques que de simplement écrire sur un écran à l’université ou d’utiliser directement les PDF du professeur et d’ajouter ses propres notes. La saisie au stylo est donc un point critique pour Chuwi. Si cela ne fonctionne pas, l’achat d’une tablette pour des raisons de productivité est de toute façon discutable. Un PC moins cher offre alors simplement plus de possibilités.

La saisie tactile par le doigt fonctionne également très bien. Les entrées sont mises en œuvre rapidement et avec précision. Il n’arrive pas que les touches ne soient pas perçues. Cependant, vous devriez pouvoir vous attendre à cela de la part d’une tablette. La bonne couverture tactile n’est plus aussi évidente ; les touches sont traitées sans problème jusqu’aux coins de l’écran. Le multitouch n’est pas non plus un problème. 10 touches simultanées sont perçues sans aucun problème, personne ne devrait en fait avoir besoin de plus.

Sur le côté droit du clavier, il y a un petit rabat pour ranger le stylet. Cependant, il ne rentre pas dans le rabat, négligence ! Une autre caractéristique est que l’écran s’éteint automatiquement lorsque la housse couvre l’écran et se rallume lorsqu’elle est rabattue, ce qui entraîne malheureusement un retard important, mais nous y reviendrons plus tard. Sous le clavier se trouve un pavé tactile de 4*9 cm. Ce n’est pas convaincant. Le point de pression des boutons de la souris dans le tiers inférieur du pavé est trop dur, les entrées sont imprécises et peu intuitives. En outre, le curseur saute soudainement et les entrées sont ignorées. Vous essayez rapidement d’éviter le pavé tactile et de tout faire fonctionner par le toucher.

Performances

C’est un point faible évident du Chuwi Ubook. Même si le fabricant affirme être en avance sur la concurrence en termes de mémoire de travail avec 8 Go LPDDR4 et présente également l’Intel Celeron N4100 installé comme une alternative plus puissante au Penitium Gold 4415Y de la Go : La performance n’est pas convaincante. Le travail de bureau simple est possible, mais le travail de bureau simple parallèle à deux onglets dans Chrome et Spotify amène l’appareil à la limite de ce que vous pouvez encore faire avec lui. En fait, les 4 cœurs du N4100 avec leurs 1,1 – 2-4 GHz ne devraient pas avoir de problème avec cela, mais le processeur atteint une charge de manière constante entre 80 et 100% même lors de la diffusion d’événements en direct en Full HD. Ce n’est pas bon et cela se remarque par une image constamment saccadée. Si le streaming sur Netflix et YouTube reste possible sans problème, le streaming en direct ne peut qu’être déconseillé. La raison pour laquelle Chuwi est passé du m3-6Y30 au N4100 n’est pas tout à fait claire pour nous. Bien que la puce soit plus récente, ses performances sont toujours inférieures à celles du m3-6Y30 dans la plupart des tests de référence, ce qui se remarque dans l’utilisation quotidienne. La puissance de calcul de l’Ubook se situe vraiment à la limite inférieure de ce qui est acceptable. Cela ne peut pas être dû à la puce seule ; elle fait un travail décent dans d’autres appareils. Chuwi n’a probablement pas réussi à ajuster les composants les uns aux autres, de sorte que les performances sont limitées. C’est dommage pour les 8 Go de RAM, qui sont bien trop peu puissants pour les tâches possibles ici.

Cependant, on ne peut nier la valeur ajoutée du Chuwi Ubook en tant qu’appareil de divertissement. Tout en cuisinant, ont peut rapidement configurer une série à exécuter en parallèle ou écouter un podcast. Bien entendu, le Bluetooth et le wifi sont également pris en charge. Bluetooth fonctionne selon la norme 5.0, WIFI802.11ac/b/g/n dans les réseaux 2.4 ainsi que 5Ghz.

Chuwi lui-même n’a rien à voir avec le logiciel du Chuwi Ubook. Contrairement à Android, Windows ne dispose que de son propre lanceur Windows 10. Cela présente les avantages et les inconvénients connus. Ceux qui aiment Windows 10 comme système d’exploitation sur les tablettes s’en accommoderont bien. Ceux qui ont des problèmes avec l’interface Windows les auront ici aussi.

Meilleure Vente n° 1
CHUWI 2 en 1 Tablette Tactile, UBook X 12 Pouces 2,4 GHz, 64 Bits, 8 Go de RAM 256 Go SSD Windows 10 OS, 2160 * 1440 IPS, avec Double caméra, USB-A 3.0 38Wh WiFi
  • UBook X est doté d'un processeur Intel Gemini Lake N4100 à faible consommation, de 4...
  • Équipé d'une carte graphique UHD Graphics 600 et la fréquence la plus élevée peut...
  • Cet ordinateur portable ultraportable de 12 pouces est composé d'un alliage...

Le volume est dans la moyenne : plutôt fort pour un téléphone mobile, un peu faible pour un PC, il convient donc bien au format tablette. Le son fourni par les deux haut-parleurs est bon. Ils sont tout à fait adaptés aux vidéos et au streaming, et vous pouvez également vous contenter des haut-parleurs du Chuwi Ubook pour la lecture occasionnelle de musique. Les voix sont reproduites clairement, même dans les aigus, et rien ne résonne. Dans l’ensemble, les aigus et les médiums sont assez bons, même si les aigus sont préférés aux médiums, ceux-ci étant presque noyés par moments. Néanmoins, tout reste clair et dynamique. Les basses, par contre, ne sont pas à prévoir. Vous remarquez qu’une tablette mince n’a pas de corps solide et qu’aucun concept innovant n’a été pensé pour en tirer le meilleur parti. Dommage, il aurait été possible d’en faire plus ici.

Autonomie

La batterie du Chuwi Ubook, d’une capacité de 37Wh (3500mAh), se situe dans une fourchette solide pour une tablette. Il a besoin d’environ 19 % de batterie pour une heure de streaming vidéo. C’est une valeur moyenne à bonne. Pour une charge complète, le Chuwi Ubook prend environ 2 heures et demie, une valeur médiocre. L’adaptateur électrique est relativement léger, pas trop encombrant et livré avec une fiche française. Si vous voulez utiliser la tablette pendant toute une journée à l’université ou au travail, vous y arriverez généralement. Entre 5 à 6 heures de programmes de bureau sont possibles. L’autonomie de la batterie est bien meilleure lors d’une utilisation légère que lors de tâches plus exigeantes, qui incluent déjà le streaming. Par conséquent, la batterie peut se décharger plus tôt lors de journées particulièrement intenses. Le mode d’économie d’énergie propre à Windows est recommandé ici. Le Chuwi Ubook bénéficie ainsi d’une gestion efficace de l’énergie.

Les points forts

Ci-dessous les points forts du Chuwi Ubook.

  • Ecran très joli
  • Son de qualité des haut-parleurs
  • Bonne autonomie
  • Excellente connectique

Conclusion de notre test

Le Chuwi Ubook est donc une tablette qui se transforme en ultrabook qui a un très bel écran, de nombreux ports et de bons haut-parleurs. A notre avis, c’est donc un excellent ultrabook.

[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Laisser un commentaire